Artionet Web Agency

En route vers l’E-Commerce social

08 juin 2015 / E-Commerce, Réseaux sociaux, Paiement, Messenger

A l’heure actuelle, on sait tous que travailler sa présence sur les réseaux sociaux et développer sa notoriété présente un objectif bien précis : générer des ventes sur sa boutique en ligne si nous sommes un acteur du E-Commerce. Plusieurs solutions ont déjà vu le jour, mais n’ont jamais vraiment abouties. C’est en observant leurs voisins asiatiques, que les géants Facebook, Twitter ou encore Snapchat ont décidé d’employer les grands moyens. Il n’est pas impossible de pouvoir acheter en ligne via son profil Facebook d’ici quelques mois…

E-Commerce social Effectuer des paiements en ligne via Facebook Messenger.

Les origines de cette tendance

On aurait tendance à dire que les grandes innovations du web sont pensées et conçues aux États-Unis, puis sont adoptées par la suite dans le reste du monde et sont bien souvent copiées par les pays asiatiques. Et bien cette fois-ci, ce n’est pas le cas. En effet, les réseaux sociaux chinois ont déjà pris de l’avance sur un nouveau concept : l’E-Commerce sur les réseaux sociaux. Mais en quoi consiste exactement cette nouvelle tendance ? Quels sont les intérêts pour les utilisateurs ? Quels bénéfices pour les marques ?

Quelques concepts ont donc déjà vu le jour et sont donc à surveiller de très près :

  • WeChat : plateforme proposant des services d’achat multiples
  • Alibaba « Smile to Pay » : permet de valider ses achats en ligne en prenant un selfie
  • LineShop : application mobile

E-Commerce et messagerie

Le leader des réseaux sociaux Facebook cherche toujours à se positionner sur ce créneau après plusieurs échecs, c’est pour cela que le géant cherche aujourd’hui à suivre le modèle chinois en faisant de sa messagerie instantanée une véritable plateforme. Le but étant d’attirer les acteurs du E-Commerce sur sa nouvelle plateforme, d’y connecter leurs outils de CRM et ainsi permettre aux utilisateurs de suivre leurs commandes depuis Messenger.

Cette nouveauté permettra aux particuliers de s’envoyer de l’argent via la messagerie instantanée. Par la suite, des mini-jeux devraient arriver, permettant ainsi plus d’interactivité. Les marques pourraient également ouvrir le dialogue avec les consommateurs, ce qui pourrait leur permettre dans ce cas d’entretenir une relation client.

La vision de Twitter

Twitter adopte quant à lui une autre méthode, en misant sur des comptes privilégiés, qui pourront twitter en utilisant un bouton « Buy Now », disponible sur l’application mobile. Ainsi, l’utilisateur ayant transmis ses coordonnées bancaires à Twitter pourra ainsi directement passer commande d’un produit mentionné dans un tweet. En termes de sécurité et de discrétion, rien n’est rendu public, personne ne peut savoir qui a acheté quoi, rien n’apparait sur la timeline.

Et les banques ?

Ce nouveau concept intéresse les banques bien entendu. C’est ainsi que S-Money avait été mis en place il y a quelques mois, pour payer sur Twitter. Plusieurs associations et organismes comme La Croix Rouge, Action contre la Faim ou encore le Téléthon acceptent les donations effectuées par ce biais. C’est en observant ces pratiques que les banques s’intéressent désormais aux réseaux sociaux et aimeraient aller plus loin avec ces derniers.

Notre vie quotidienne étant très connectée aux différents réseaux sociaux, et en particulier à leurs applications mobiles, l’objectif des banques en ligne serait de développer des services et des fonctionnalités nous permettant de consulter nos comptes bancaires via les réseaux sociaux, tout simplement pour une raison de commodité.

Ce mécanisme nous fait penser à Paypal : les utilisateurs sont invités à créer un compte et pourront ainsi gérer les différents paiements qu’ils effectuent sur Facebook et toutes les applications qui y sont liées. Bien entendu, la question de la sécurité se pose, car ce concept implique notamment une simplification de l’identification de chaque utilisateur. Les plateformes de réseaux sociaux actuelles sont-elles suffisamment adaptées aux transactions bancaires ? Sommes-nous certains que les futurs utilisateurs seront prêts à passer le cap et à confier leurs données bancaires et personnelles pour ainsi confier leur argent à des groupes comme Facebook, qui n’a pas toujours montré patte blanche en termes de protection des données. Le challenge est donc considérable.

Commentaires

comments powered by Disqus

Des professionnels à votre service

+41 32 424 4800T. +41 32 424 4800 @ info@artionet.com